Navigation de l'étiquette

vitalité

exercices physiques,femmes,méditation,mieux-être,respiration,santé & bien-être,vitalité,yoga

Écartez-vous, mesdames… action!

Deuxième partie

Lorsque nous lâchons prise, nos hanches s’ouvrent plus naturellement, nos organes reproducteurs se détendent, et nous sommes en mesure d’améliorer nos relations personnelles et de vivre notre sexualité à son plein potentiel. En laissant notre corps relâcher les zones tendues, on permet la libération des mémoires émotionnelles logées dans nos cellules.

En vous allouant des moments destinés à l’ouverture de vos hanches harmonisée à une respiration consciente dirigée dans cette zone, vous nettoyez ce qui ne vous sert plus et vous permettez ainsi à l’énergie positive de circuler dans votre chakra sacré.

Dans la première partie de cet article, nous avons abordé Swadhisthana, notre espace sacré situé sous le nombril. Depuis la rédaction de cette chronique, j’ai moi-même pleinement expérimenté l’importance de ce centre énergétique (lire Quand Elle tremble).

Maintenant, afin de sentir votre bas de corps revivre ― tout votre corps et tout votre être en fait! ― présentés par Stéphanie de Yoga Libella et Cristalline le chat, voici quelques asanas de yin yoga favorables à une saine circulation du prana au niveau du hara : la grenouille, le bébé heureux, la déesse du sommeil, le pigeon, le papillon, le demi grand écart et le singe.

Pendant les exercices, essayez de relaxer vos hanches le plus possible en amenant votre attention sur votre respiration. Puis, gardez les postures pendant quelques minutes afin de permettre à votre corps d’éliminer les émotions emmagasinées.

En cas de douleurs aux aines, aux genoux, au bas du dos ou si vous souffrez d’une hernie discale, il est recommandé de consulter un professionnel de la santé avant d’exécuter les postures.

La grenouille (Malasana)

  • Le pelvis et les talons alignés avec les genoux, tendez progressivement les jambes, les pieds parallèles l’un à l’autre.
  • Écartez les genoux le plus possible. Gardez les mains au sol, ou les doigts en cas d’inconfort. Si vous êtes confortable les paumes au sol, posez les avant-bras sur le matelas.
  • Respirez dans cette position pendant quelques minutes en amenant votre conscience au niveau du deuxième chakra, Swadhisthana.

Liée à l’élément eau, la grenouille est un animal associé au féminin, et tout particulièrement à la lune. Le bassin étant la source et le réceptacle de la vie, la grenouille est spécialement reliée à Swadhisthana. Selon les Vedas, la Grande Grenouille est l’animal mythique de la création, et symbole de la transformation.

Le bébé heureux (Ananda Balasana)

  • Allongez-vous sur le dos, les jambes allongées devant.
  • À l’expiration, pliez vos genoux et amenez-les à la poitrine.
  • À l’inspiration, attrapez vos orteils et gardez les chevilles au-dessus des genoux.
  • Relâchez le coccyx vers le sol, allongez la nuque et la colonne vertébrale.
  • Ouvrez les hanches, poussez doucement les jambes devant, et ramenez les genoux à votre poitrine.

C’est le temps de zigouiller! Amenez votre conscience au niveau du hara et respirez dans la position pendant une minute.

La posture du bébé heureux n’est pas présente dans le yoga traditionnel. Elle est néanmoins très populaire en yoga moderne, et pour cause : elle calme le mental et atténue la fatigue!

 La déesse du sommeil (Supta Baddha Konasana) 

  • Allongez-vous confortablement sur le dos, les genoux fléchis et les pieds à plat sur le tapis.
  • Laissez doucement tomber les genoux de chaque côté et joignez vos plantes de pieds.
  • Laissez vos bras tomber sur le côté, les paumes tournées vers le haut.
  • Amenez votre conscience au niveau du chakra sacré et respirez dans la position pendant une minute.

La déesse du sommeil, en plus d’aider à la bonne circulation du Swadhisthana, est une posture qui, comme son nom l’indique, favorise un sommeil réparateur! Elle permet également de soulager les symptômes associés aux douleurs menstruelles et à la ménopause, de réduire le niveau d’anxiété et d’alléger la dépression en plus de stimuler la circulation sanguine et le cœur.  Un incontournable!

Le pigeon (Eka Pada)

  • Prenez la posture de la table, c’est-à-dire les mains et les genoux sur le tapis, les yeux vers le sol.
  • Amenez votre genou droit entre vos mains de façon à ce que votre cheville droite se trouve près de votre poignet gauche.
  • Allongez votre jambe gauche tout en gardant le dessus de votre pied, et de votre genou, sur le sol.
  • Pressez les paumes de mains et les doigts contre le tapis tout en relevant votre buste.
  • Équilibrez votre poids entre vos hanches. Sentez votre colonne se détendre.
  • Gardez votre pied flex devant vous et relâchez les yeux.
  • Respirez dans la position, puis répétez de l’autre côté.

Variante du pigeon (Eka Pada)

Vous vous sentez en pleine forme et vous avez envie de pousser l’exercice un peu plus loin…? Une fois dans la posture du pigeon, pliez le genou de la jambe gauche (allongée), et attrapez vos orteils à l’aide de votre main droite.

Respirez dans la position, puis répétez de l’autre côté.

Le papillon (Baddha Konasana) 

  • Débutez avec la posture du bâton (Dandasana), c’est-à-dire assis le tronc bien droit, les jambes allongées et les paumes sur le tapis. Vous pouvez également utiliser un bloc ou un coussin afin de surélever les hanches pour plus de confort.
  • En expirant, pliez vos genoux et joignez vos plantes de pieds. Amenez vos talons le plus près possible du pelvis.
  • Enveloppez vos pieds de vos mains et laissez doucement tomber les jambes de chaque côté sans forcer. Assurez-vous de garder la colonne bien droite.
  • Respirez dans la position pendant un moins une minute.

  • Comme variante, vous pouvez descendre doucement le buste vers le sol et étirer les bras de chaque côté du corps.
  • Respirez dans la position pendant un moins une minute.

Une croyance veut que cette posture tire ses origines de la position qu’utilisaient les cordonniers hindous, d’où son autre nom : la posture du cordonnier. Une pratique répétée de cette position peut soulager la douleur, faciliter les accouchements lorsque pratiquée pendant les derniers moments de la grossesse, alléger les inconforts urinaires en plus de stimuler le cœur et d’améliorer la circulation.

Le demi grand écart

Vous êtes flexible comme du caoutchouc et le grand écart n’a aucun secret pour vous… ? Vous aimerez certainement la posture du singe (ci-bas). Mais si vous faites partie de l’autre groupe, les « un peu moins élastiques » (comme moi), la position du demi-singe convient parfaitement. Surtout, avis aux aventuriers, ne forcez pas.

  • Prenez une position assise, les jambes allongées, et écartez vos jambes le plus possible. Gardez les pieds flex.
  • Descendez doucement votre buste vers le sol en prenant soin de garder le dos droit.
  • Relâchez les muscles et remontez le buste.
  • Respirez dans la position pendant quelques minutes.

Le singe / grand écart (Hanumanasana)

*À proscrire si vous souffrez de maux aux ischio-jambiers. 

  • Prenez la position de fente basse, le pied droit en avant, le gauche derrière.
  • Descendez le genou gauche au sol.
  • Amenez les mains derrière pour atteindre le dos des hanches près du talon gauche, et allongez la jambe droite.
  • Tendez les doigts pour toucher le sol ou utilisez des blocs sous les paumes.
  • Glissez le talon droit aussi loin que possible dans une posture confortable, jusqu’à ce que vos hanches, bien droites, touchent le sol.
  • Respirez dans la position.

Bon yoga! Et surtout, bon Swadhisthana équilibré!

En collaboration avec Stéphanie Delorme, Yoga Libella